samedi 22 juillet 2017

Souvenirs d'enfance

Titre : Le Château de ma mère
Auteur : Marcel Pagnol
Genre : Autobiographie
Edition : de Fallois
221 pages
Prix : 6 euros
Synopsis :
Le plus beau livre sur l'amitié enfantine : un matin de chasse dans les collines. Marcel rencontre le petit paysan, Lili des Bellons. Ses vacances et sa vie entière en seront illuminées.
Un an après La Gloire de mon père, Marcel Pagnol pensait conclure ses Souvenirs d'enfance avec ce Château de ma mère (1958), deuxième volet de ce qu'il considérait comme un diptyque, s'achevant sur la scène célèbre du féroce gardien effrayant la timide Augustine. Le petit Marcel, après la tendresse familiale, a découvert l'amitié avec le merveilleux Lili, sans doute le plus attachant de ses personnages. Le livre se clôt sur un épilogue mélancolique, poignante élégie au temps qui a passé. Pagnol y fait vibrer les cordes d'une gravité à laquelle il a rarement habitué ses lecteurs.
Je vis un garçon de mon âge qui me regardait sévèrement. 
"Il ne faut pas toucher les pièges des autres, dit-il. Un piège, c'est sacré ! 
- Je n'allais pas le prendre, dis-je. Je voulais voir l'oiseau. '' 
Il s'approcha : c'était un petit paysan. Il était brun, avec un fin visage provençal, des veux noirs et de longs cils de fille. "

Mon avis :

Quel véritable bonheur que de me retrouver à lire ce roman. Mon enfance est bercé par les films adaptés des souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol. J'ai vu et revu La Gloire de mon Père et Le Château de ma Mère des dizaines de fois, j'en connais certains passages par cœur, et j'ai mes moments préférés qui me bouleversent toujours autant. 

Il y a quelques années, j'ai eu l'occasion de lire le premier tome d'une saga de trois romans et un livre inachevé. 
J'avais été conquise par le chant des cigales et l'accent que je sentais à travers ma lecture. Marcel Pagnol avait l'art de nous transporter dans la garrigue, sous le soleil ardant et les senteurs de lavande et de romarin. Chaque pages exprimaient cet amour pour cette terre, un hommage à une enfance de liberté et d’insouciance. Cela sentait les vacances et imprégnée de la voix off du film, je me laissais bercer par cette hommage à la nature.

Je laissais, alors, le petit Marcel, courant dans les chemins le sourire aux lèvres.

Dans ce deuxième tome, nous retrouvons la famille Pagnol au grand complet, profitant de leurs premières vacances dans les collines. Nous les avions laissé quelques jours plus tôt, ravis de profiter de cette petite maison. L'oncle et le père de Marcel battant la campagne pour tirer quelques gibiers, Marcel servant de rabatteur, pour son plus grand plaisir. 
Dans cette nouvelle aventure, un nouveau personnage rentre en scène, Lili, un braconnier de l'âge de notre héros, très dégourdit, et maître dans l'art des pièges à oiseaux. 
Avec lui, Marcel va découvrir une toute autre garrigue, celle caché des sources, des grottes, et des légendes. 
J'ai vraiment pris plaisir à ces échanges. Deux enfants qui se découvrent la même passion pour la nature, et qui n'ont pas le même culture. J'ai souris face au mot choisi par Marcel qui pour compenser son manque de savoir en matière de piège, emploi des mots savants pour provoquer l'admiration de son ami. 

J'attendais aussi avec impatience mon passage préféré dans l'adaptation, du Château de ma mère. Le passage du canal et des portes... Pour tout ceux qui connaissent ce moment, vous comprendrez mon envie de le lire, et pour ceux qui ne l'ont jamais vu ou lu, je vous en pris, tout le but de cette lecture sert à cet instant. Je l'ai aimé en film, je l'ai aimé en livre...

Voilà donc encore une très belle lecture, d'un très grand auteur. Mes lacunes, pour ses romans, s'amenuisent peu à peu, mais il me reste encore bien des œuvres à découvrir...

Un conseil tout de même, lisez d'abord la Gloire de mon père, qui est le commencement des souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol. Une poésie à la Gloire de sa vie...

Ma note : 18/20 

lundi 17 juillet 2017

Aristote et Dante découvrent les Secret de l'Univers




Auteur : Benjamin Alire Saenz
Edition : Pocket Junior
Genres : Jeunesse, Contemporaine
359 pages
Prix : 17.90
Synopsis :
Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.




Mon avis :

Attirée par cette superbe couverture, je n'ai pu résister à l'envie de le découvrir. Je dois tout de même être honnête avec vous, je n'avais pas lu la synopsis et je pensais plus à une histoire portant sur la découverte du monde qu'à la découverte sexuelle... Mais peut importe, cela ne me dérange aucunement de lire un roman portant sur l’homosexualité de deux adolescents. Par contre, si cela ne vous tente pas, je vous en pris, passez votre chemin.

Pour ceux qui sont restés, voilà mon ressenti sur cette lecture. 

Aristote est un jeune garçon qui n'a pas d'ami. Un passé compliqué ; un frère en prison ; des parents qui s'appliquent à ne rien laisser paraître de leurs sentiments ; un père détruit psychologiquement par le Vietnam, et une colère enfouit au plus profond de lui menaçante et destructrice. 
S'ajoute à cela les déboires de toutes adolescents, les changements, le trop plein d'émotion, et la sensation d'être toujours en marge de la société...
Il suffit d'une rencontre pour que tout change. Dante est un peu l'opposé d'Ari, plein de vie, à fleur de peau, très expressif et tactile, on comprend très vite que l'amitié, qu'il lui porte, est en faite un amour sincère. Mais comment accepter cette attirance alors qu'Ari ne semble pas très réceptif.
Un premier amour à sens unique contre une complicité fraternelle...

Bien qu'Ari sache très vite les sentiments de son ami, il les refuse, et semble être dans le déni. Comment accepter d'aimer un homme, alors que l'on est vierge de toute expérience. Pourtant, au fils de ma lecture, j'ai vite compris qu'Ari éprouvait plus qu'une simple amitié à l'égare de Dante. Et plusieurs passages prouvent mes dires. Des sentiments de solitude exprimés alors que les deux garçons ne se sont pas vu depuis longtemps, cette façon presque exagéré de ne pas admettre qu'il aime peut-être les garçons, à croire qu'il essaye lui même de se convaincre ; ou cet acte irréfléchi et héroïque au cours d'un été (pas de spoiler ici...).
Peu à peu nous comprenons qu'il à lui aussi des sentiments forts pour Dante, mais l'auteur prend son temps, un peu comme Ari, une attente pour réaliser et accepter ce changement de vie...

J'ai trouvé cette histoire très attachante. Il s'agit avant tout d'une amitié forte, d'une expérience sur la vie, et d'une rencontre. 
J'ai particulièrement apprécié les parents d'Ari et Dante, personnages importants dans cette histoire. Des cercles familiaux qui servent à l'histoire, et à l'équilibre des deux garçons. J'ai aimé leurs échanges, les secrets qui entourent la famille d'Ari, et la fragilité de son père. Comme eux, leurs parents sont bien différents. Quand les uns sont tactiles et pleins d'attentions, les autres sont plus réservés et manquent d'émotions. Mais étrangement, chez eux aussi, une amitié de créer et ce clan réunit forme une certaine harmonie qui' n'était pas pour me déplaire.

C'est une histoire simple, et très agréable à lire. Je vous le recommande.

Ma note : 16.5/20

lundi 10 juillet 2017

La Décision

Auteur : Isabelle Pandazopoulos
Genre : Jeunesse
Edition : Gallimard Scripto
246 pages
Prix : 6.72
Synopsis :
En plein cours de maths, Louise, jeune fille sans histoires, excellente éléve de Terminale S, a un malaise. Samuel, le délégué, l’accompagne aux toilettes. Du sang s’écoule, Louise ne répond plus. Hémorragie ? Suicide ? En fait, la jeune fille a accouché. Elle ne savait pas qu’elle était enceinte, mais elle a donné naissance à un petit garçon de 3,3 kg. Pourtant, Louise affirme qu’elle n’a jamais couché avec personne… Alors que s’est-il vraiment passé ? En état de choc, la jeune fille ne peut accepter la réalité. Pourtant, il lui faut décider du sort de son enfant : le garder ou le confier pour adoption. Elle n’a que quelques semaines. Et un long chemin à faire…


Mon avis :

J'avais entendu parler de ce roman à sa sortie, mais je n'avais jamais eu l'occasion de le lire. Par manque de temps, et parce que le sujet, bien qu'intéressant ne me semblait pas très divertissant. 
Mais quand on me donne un livre avec l'ordre formel de, tout du moins le débuter, je ne peux résister... Il me tentait tout de même un peu, je dois l’avouer. 

L'histoire est vraiment très inattendue, et le thème peu commun. Bien qu'il m'est déjà arriver d'entendre parler du déni de grossesse, je ne m'étais jamais positionnée sur cette situation. Je n'avais jamais essayer de comprendre, ou de me mettre à la place de ces filles ou femmes qui du jour au lendemain réalisent qu'elles sont enceintes, le jour de leur accouchement (ou parfois fois quelques semaines avant).
Ma curiosité à pris le pas sur tout. Imaginez, une jeune fille de 17 ans, qui en plein court, se retrouve à avoir des contractions et qui accouche, seule, dans les toilettes du lycée... Vous êtes comme moi, vous vous posez des questions. Que s'est-il passé ? Quelle sera sa réaction ? Et son entourage ? Que vont-ils penser d'elle ? de cette situation ?

Voilà ce qui est traité dans ce roman, et j'ai beaucoup aimé l'idée de plusieurs voix pour traiter une situation des plus compliquées.

L'auteur prend son temps, nous naviguons entre plusieurs acteurs tous plus ou moins proche de la jeune fille. Des amis, ses parents, des médecins, chacun à un rôle particulier dans cette histoire.
Certains compatisses, d'autres la soutienne mais pour la plus part, la gène ressentie est trop forte et l'oublie plus facile. 
Pourtant Louise aurait besoin de soutient. Affectif, positif, et aucunement accusateur. Comment peut elle faire face à cet enfant qu'elle n'attendait pas, et surtout, comment pouvait-elle être enceinte alors qu'elle n'avait jamais coucher avec un garçon ? 
J'ai aimé les chapitres qui lui sont consacré, si dure envers elle-même, si froid. La jeune fille n'en ai pas moins perdue et apeurée. Elle se sent seule et ne sait qu'elle décision elle doit prendre. Garder son bébé ou le donner... Un choix crucial qui germe peu à peu dans sa tête... L'auteur nous laisse le temps d'accepter ces choix, et j'ai trouvé cela très juste et humain. 

Une lecture très touchante qui nous chamboule quelque peu. C'est un livre qui se lit bien, qui donne envie et qu'il est impossible de lâcher avant la fin.
Une très belle surprise.

Ma note : 17/20

samedi 8 juillet 2017

L'odalisque et l'éléphant

Auteur : Pauline Alphen
Genre : Conte
Edition :
187 pages
Prix : 15,90
Synopsis :
Leila a 7 ans. Toute petite odalisque, elle glisse sur ses babouches dans les couloirs ailés du palais. Elle rencontre le Sultan. Il tombe amoureux. Paf ! Tomber amoureux d’une odalisque minuscule à cause de ses oreilles, cela vous semble surprenant ? 
Leila a 15 ans. Le Sultan reçoit un cadeau. Le plus énorme, le plus puissant, le plus sage, le plus courageux, le plus rond, le plus rare de tous les cadeaux. Leïla tombe amoureuse du cadeau du Sultan. Cela vous paraît troublant ? 
Ce livre va vous raconter des histoires impossibles, des histoires dont vous avez rêvé, des histoires que vous avez oubliées. Il rend toutes les histoires d'amour impossibles, possibles !

Mon avis :

J'aime les jolies surprises, et ce conte restera longtemps dans mon souvenir. Il existe des rencontres qui nous amène à lire des histoires qui n'auraient jamais du se retrouver dans nos mains. Il aura suffit d'un salon littéraire, près de chez moi, pour rencontrer Pauline Alphen et ce livre si coloré.
J'avais déjà croisé l'un des romans de cette auteur, mais je n'avais pas vraiment été conquise, bien que beaucoup l'est apprécié. Heureusement pour moi, j'aime les secondes chances, et cette couverture m'avait tapée dans l’œil. 
Qui suis-je pour résister ?

J'ai très vite sentit que ce conte allait me plaire. Leila, adorable odalisque doit vouer sa vie au sultan, sa gracieuse majesté. Mais l'enfant s'ennuie d'apprendre des danses et des leçons sur le maintient qui ne l'intéresses pas. La jeune fille préfère courir dans les couloirs, écouter les histoires, explorer le palais et ses centaines de pièces mystérieuse et cultiver sa curiosité, ce qui est formellement interdit. 
Alors que tous craignent pour sa vie, leur précieux roi, aimant couper les têtes pour son plus grand plaisir, Leila va se retrouver nez à nez avec des babouches dorés. Une rencontre qui va chambouler sa vie...

Bien que nous suivions les péripéties de Leila, l'éléphant n'est jamais loin.

Capturé pour devenir le présent du Sultan, l'animal rêve d'étranges personnages qu'il ne connait pas et dans son cœur, l'imposant éléphant semble rechercher un souvenir ou une présence, qui l’empêche d'être serein. Quel est cet étrange sensation qui le tiens éveillé jour et nuit ? Pourquoi a-t-il le sentiment de n'être pas comme tout les autres de ses condisciples ?

Agrémenté d'illustrations toutes plus belles les unes aux autres, je me suis laissée bercer par ce conte très agréable. C'est une superbe réussite, poétique et légère. Une histoire touchante, qui m'a faite

voyager vers un monde chimérique comme je les aime.

J'ai peut-être un petit regret, celui de ne plus être une enfant pour pouvoir avoir le plaisir de lire ce conte juste avant de m'évader dans le pays des rêves...

Ma note : 17.5/20

lundi 3 juillet 2017

Bilan du mois de Juin 2017


Bonjour à tous amis lecteurs ou de passage...

Le temps s'écoule bien trop rapidement à mon goût, et ce mois de Juin fut très... déroutant. Nous sommes déjà en été et la moitié de l'année vient de se terminer sans que je ne m'en sois rendue compte ! 
Côté lecture, j'ai eu l'impression d'avoir passé la seconde, mais l'effort de concentration est encore un peu trop juste pour mon petit cerveau. De deux romans lu au mois de mai je passe à trois... il y a du progrès !

Voici donc en image mes petites lectures :


Trois lectures totalement différentes, et qui ont su piquer ma curiosité.
J'ai tout d'abord lu, Avant Toi de Jojo Moyes, un roman qui dormait dans ma bibliothèque depuis sa quasis sortie, et qui me faisait un peu peur. Revirement totale, je l'ai adoré !
J'ai enchaîné avec Le charme discret de l'intestin de Giulia Enders, un livre d'information sur la digestion, à la porté de tous. Mais je pense qu'il faut être curieuse en amont pour pouvoir l'apprécier à sa juste valeur.
Pour finir, j'ai lu La première fois que j'ai été deux d'Archibald Ploom. Un roman tout simple, et agréable à lire pendant les vacances... 

Je vous souhaite de belles lectures pour le mois de Juillet (et de bonnes vacances pour ceux qui les ont débutées)