lundi 18 septembre 2017

C'est lundi que lisez-vous ?


Bonjour à tous amis lecteurs ou de passage...
Cela fait plusieurs années que je n'avais pas fait un C'est lundi, et il faut dire que cela me manquait... Je vais essayer de le remettre régulièrement sur mon blog, histoire de voir un peu l'avancé de mes lectures aux fils des jours...

Qu'ai-je lu cette semaine ?


Tout en lisant Druide d'Olivier Perdu (j'ai vraiment adoré cette lecture), j'ai attaqué L'étoile Polaire de Michel Onfray et Mylène Farmer. Un conte complètement déluré qui m'a totalement perdu. Et puis Chat-Bouboule de Nathalie Jombard qui pour le coup était vraiment très divertissant et amusant. 

Que suis-je entrain de lire ?

Synopsis : 
Depuis qu’elle a quitté sa famille humaine pour aller vivre parmi les elfes et étudier à l’académie de Foxfire, Sophie n’a pas manqué d’attirer tous les regards sur elle… et son enlèvement n’a rien arrangé ! Le monde elfique, pour qui le mot « crime » était jusque-là quasi inconnu, est en émoi et la révolte gronde…
Pourtant, une découverte extraordinaire pourrait permettre de ramener le calme au sein des Cités perdues. Sophie tombe en effet nez à nez avec une alicorne, une créature fabuleuse que les elfes croyaient disparue, symbole pour eux d’un nouvel espoir. Mais la jeune Télépathe, chargée de s’occuper de l’animal, va vite déchanter : déjà bien éprouvée par la reprise des cours imminente et les messages toujours plus énigmatiques du Cygne Noir, elle se retrouve en plus contrainte de prendre un risque immense pour protéger l’un de ses proches d’une mort certaine…

J'ai vraiment beaucoup aimé le premier tome, et j'ai très vite replongé dans l'histoire.

Que vais-je lire ensuite ? 

J'ai plusieurs livres en tête, et il me faut faire ma liste de lecture d'automne. Je partirai sans doute vers un contemporain ou une romance... un Nora Roberts peut-être... ou bien... un de ceux là :



Ou peut-être un autre... on verra selon mon humeur du moment. Il s'agit d'une amorce à ma liste d'automne 2017, j'en rajouterai sans doute quelques uns de plus, mais il me tarde déjà de les dévorer. 
Lequel me conseillerez-vous ? Avez-vous déjà lu l'un de ces romans ?

Je vous souhaite à tous de belles lectures pour cette semaine ! 

dimanche 17 septembre 2017

Chat-Bouboule


Tome 1 : Chroniques d'un prédateur de salon
Auteur : Nathalie Jomard
Genres : Bande dessinée ; Humoristique
Edition : Michel Lafon
96 pages
Prix : 12,95
Synopsis :
Avis aux fans de chats et de Nathalie Jomard ! Cocasse, un poil machiavélique, en surpoids pondéral chronique (mais assumé) : le chat bouboule bénéficie déjà d’une certaine notoriété ! Retrouvez le célèbre chat créé par Nathalie Jomard dans ses propres aventures, toujours prêt à rendre service à ses maîtres… ou pas !




Mon avis :

Si vous êtes amoureux des chats et que vous souhaitez un peu rire d'eux, cette bande dessinée est faite pour vous !

Mais avant de vous parler de ce roman, j'aimerais attirer votre attention sur un fait qui s'est produit il y a quelques semaines, et qui est en lien avec le dit livre. J'aime me balader et feuilleter les romans ou bandes dessinées dans tous les endroits où je peux en dénicher. C'est une habitude prise depuis longtemps et qui me détend agréablement. Un jour, dans le rayon bd, j'ai eu l'occasion de croiser ce petit livre à la photo si amusante, et je me suis mise à le regarder d'un peu plus prêt. 
J'ai été vite stoppée dans mon investigation, par un étrange petit bout de papier plié en quatre, au milieu du livre. Intriguée, je l'ouvre, pensant que l'auteur s'est amusé à glisser des petits mots dans ses ouvrages, et là, surprise, je découvre une écriture enfantine :

"Si tu est triste pensse à otre chose. I et B"

j'ai trouvé cela tellement adorable, avec ses petites fautes toutes mignonnes. Une attention touchant d'enfants qui ne doivent pas être très vieux... J'avais le sourire et c'était sans doute leurs objectifs.
J'ai replié le petit bout de papier, et je l'ai remis à sa place, pensant qu'il y en avait sans doute d'autre un peu partout ailleurs... (j'avais aussi vérifié dans les autres exemplaires pour voir si il y en avait également, mais non).
Ce fut une jolie surprise, mais j'en avais oublié de regarder un peu plus en détails Chat-Bouboule...



Et me revoilà devant lui, en allant à France Loisirs. Cette fois-ci, c'est ma mère qui la saisie, et alors que je parlais avec le vendeur, je l'ai entendu rire haut et fort à chaque nouveau dessin de ce gros chat noir. 
Merci ma chère maman, pour le cadeau, j'ai passé un moment très agréable à rire et à penser à mon propre chat femelle, qui, arrive à faire pas mal des péripéties de son congénère. 
C'est cru, c'est réaliste, c'est amusant et cela s’inspire à coup sur du propre félin de l'auteur. Les illustrations ne sont pas si caricaturales, elles sont totalement crédibles, et j'ai particulièrement apprécié les pensées de l'auteur, qui s'imagine être comme son animal de compagnie. 
J'ai en souvenir de ma propre expérience, une situation identique à la sienne, le poulet... Lottie, mon chat femelle, a eu sa première expérience du poulet, à nos dépends. Mes parents font un poulet tout les dimanches, et ils ont pour habitude de le couper dans la cuisine, puis de le manger dans la salle à manger... C'est là que le drame est survenu... la porte n'était pas fermé, et en passant devant la cuisine, j'ai vu mon chat, avec la carcasse du poulet dans la gueule, en arrêt, prise en faute... Nous avons bien rigolé et depuis, la porte est fermée...
Et si j'étais un chat, ferais-je moi aussi de longue sieste comme elle ? Où m'amuserais-je avec les ombres du soleil sur le mur ? Serai-je entrain de scruter les oiseaux, derrière la fenêtre, pendant de longue minutes, sans m'en lasser ? 

En lisant les aventure du Chat-Bouboule, j'ai eu souvenir d'un autre félin, dessiné par un amoureux des chats, Simon Tofield, avec son Simon's Cat qui me donne des crampes aux ventres tellement je ris. Ses illustrations sont retranscrites en bande dessinée, mais également en vidéo, je vous invite d'ailleurs à aller voir sa chaîne Youtube, vous passerez un très bon moment. 

Ce fut donc, pour moi, une très belle surprise, j'ai adoré chaque moment passé en compagnie de ce chat et de ses maîtres. J'ai hâte de pouvoir me procurer le second tome, qui, je crois, est déjà sortie. 
Foncez !
Ma note : 18/20

vendredi 15 septembre 2017

l'étoile polaire



Auteur : Michel Onfray et Mylène Farmer
Edition : Grasset
Genre : Conte philosophique
64 pages 
Prix :
Synopsis :
On trouvera dans ce conte philosophique de Michel Onfray, illustré par Mylène Farmer, un arbre-monde, une constellation de la Baleine, un snekkar de feu, des hommes à peau rouge, des créatures venues d’ailleurs mais surtout une étoile polaire devenue pierre de soleil qui permettra au petit garçon bavard d’un ouvrier agricole taiseux de rester éternellement fidèle à son père, mort debout sous ses yeux comme un chêne foudroyé par une nuit sans lune.



Mon avis :

Avant de commencer cette chronique, je dois vous avouer ma passion pour Mylène Farmer.
Enfin, la Mylène d'avant les années 2000... Ce qu'elle fait maintenant ne la représente plus, je ne m'attarderais pas dessus et ce n'est que mon avis.
Mais je suis curieuse, et quand un livre sort avec pour auteur ou dessinateur, Madame Farmer, je ne peux résister. 
Pour le coup, ce n'est pas moi qui me le suis procuré mais le père noël (déguisé en ma cousine de Bretagne...), j'étais extatique ! Il faut le reconnaître. 

J'ai un peu attendu avant de le débuter, par manque de temps plus que par conviction, mais après une bonne année et demi d'attente, je m'y attelle enfin.
Et...
J'ai rien compris !
J'ai longtemps hésité à vous faire un billet sur ce conte, car même en me creusant la tête et en cherchant des signes philosophiques, je suis perdue. Je ne suis pas une lumière en cette matière, et je n'ai jamais fait de philo de ma vie, peut-être est-ce pour cela que je ne distingue pas les subtilités de cette lecture, mais à en croire les autres lecteurs, je ne suis pas la seul à avoir été semée en route.

Je ne vous ferais même pas un résumé, je n'en ai pas l'envie. Il y a des livres comme ça, qui ne nous semble pas justifiable, et là encore, je me vois déçue de Mylène... 
Pourtant, ces dessins sont relativement sympathiques, comme vous pouvez le juger (ils m'ont permis d'agrandir un peu cette chronique).

En bref, passez votre chemin, si vous ne voulez pas avoir un bon mal de crâne, ce conte ne sert à rien....


Ma note : 9/20 (pour l'effort esthétique)

samedi 9 septembre 2017

L'adoption


Tome 1 : Qinaya
Auteur : Zidrou et Monin
Genre : Bande Dessiner 
Edition : Grand Angle
66 pages 
Prix : 14.90
Synopsis :
Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.



Mon avis :

J'ai succombé. Parfois j'aime déambuler dans le rayon BD. Cela ne m'arrive pas souvent, car je suis assez difficile en ce qui concerne le dessin d'une bande dessiner. J'apprécie le réalisme d'un trait, à sa grossièreté. Je dirais même que je préfère le dessin à l'histoire, bien que souvent et forte heureusement pour moi, ils vont de paire. 

C'est pourquoi je n'ai pas pu résisté à cette album en deux volumes. J'ai vraiment aimé la finesse des traits, les couleurs et l’esthétique de l’ensemble. 
Je découvre Arno Monin, et je suis agréablement surprise par son talent. C'est un dessinateur qui mérite d'être reconnu.

Concernant l'histoire, j'ai été touché par ce duo grand-père/petite-fille. Pourtant, les débuts n'étaient pas très engageant.

Gabriel est un grand-père en devenir, sa vie va changer sous les traits d'une enfant de quatre ans, Quinaya. Une orpheline privée de ses parents suite à un tremblement de terre dans son pays d’origine, le Pérou. Adoptée par cette famille française dont elle ne connait pas la langue, Quinaya va devoir s'adapter comme elle le peut.
Après des débuts difficiles, ce duo atypique va peu à peu s'apprivoiser, pour ne plus se quitter. Une complicité attendrissante se créait et l'idée d'être grand-père ne déplais plus à ce vieux homme usé par le temps. 
Comment expliquer mon attachement certains pour ces deux personnages... Que ce soit cette petite de 4 ans, si adorable ou ce grand-père bougon si craquant. Les deux sont si attendrissants qu'on ne peut que succomber à ce lien affectif.
On comprend vite que Quinaya ne peut que le rallier à sa cause,  avec ses grands yeux noirs, et cet air fragile, Gabriel ne peut l'ignorer longtemps, même si par principe, il choisi, pour un temps, de ne pas s'occuper d'elle. Forte heureusement son entourage n'a pas le même avis que lui...

Malheureusement pour moi, je ne m'étais pas procurer le volume 2 avant d'entamer ma lecture et me voilà confrontée à une dure réalité : Patienter... 
Vous comprendrez par cette dernière remarque, mon attachement à cette petite série adorable. Bien que le sujet de l'adoption et de l'immersion ne soit pas évidente à aborder j'ai ressenti une certaine fraîcheur dans l'ensemble.
Je n'espère qu'une chose, que la fin du prochain tome soit à la hauteur de mes espérances... Pourtant, la fin de ce premier chapitre ne présage rien de bon...



Ma note : 18/20

~~~



tome 2 : La Garua
Auteur : Zidrou et Monin
Genre : Bande Dessiner 
Edition : Grand Angle
72 pages 
Prix : 14.90

Synopsis :
Gabriel, le grand-père de coeur de Qinaya en France, part à Lima pour rechercher la petite-fille, qui a regagné le Pérou après que ses parents adoptifs ont été arrêtés pour enlèvement. Il se heurte à de nombreuses difficultés.






Mon avis :

Attention, avant de lire mon avis je tiens à vous dire qu'il y aura des spoilers concernant le tome 1. Je me sens obligée de parlez de certains événements pour comprendre cette suite. Je vous enjoint donc à lire le précédent tome avant de vous embarquer dans la lecture de cette chronique.

Nous avions laissé Gabriel Qinaya et sa famille dans une tragique situation. Accusés de rap d'enfant, les parents "adoptifs" ont été jugés, et nous retrouvons Gabriel, plusieurs mois après, au Pérou, à la recherche de cette petite-fille fantôme.
La promesse de la retrouver, le souvenir de ses quelques semaines passées en sa compagnie, gonfle le cœur de ce grand-père débordant d'espoir. Mais qu'espère-t-il au juste ? Pouvoir reprendre cette petite fille au main de sa mère ? La retrouver, le sourire aux lèvres, alors que tant de temps s'est écoulé  depuis leur séparation ? 
Les désillusions ne sont pas loin de le submerger, et ses recherches deviennent totalement désespérés.

Mais il suffit d'une rencontre pour que l'horizon s’éclaircisse. Un soutient, un ami, un changement...

Bien que je ne m'attendais à rien en lisant ce deuxième tome, j’espérai, tout de même, retrouver l'ambiance agréable de son prédécesseur. La magie à opérée à nouveau, et je me suis surprise à dévorer cette nouvelle aventure, attendrit par ce petit vieux si attachant. 
On comprend son cheminement, ses doutes, sa solitude, sa tristesse d'avoir perdu cette petite fille si cher à son  cœur. On comprend également le rejet qu'il entretient pour son fils, bien qu'il ne parle pas de lui. 
Pour moi, ce deuxième tome est une réconciliation avec ce passé tragique. C'est le dévouement d'un grand-père, d'un père, d'un fils et d'une petite fille... J'ai été très touchée par cette histoire dans son ensemble, bouleversée par ce cataclysme qui surgit de nul part et qui détruit cette famille comme un chamboule tout... Comme le tremblement de terre survenu deux ans plus tôt, l'effroyable vérité est ressentie comme une bombe par ces parents qui pensaient pouvoir accéder au bonheur... Le monde s'est effondré devant eux, et rien ne peut réparer leur propre bêtise...

J'ai trouvé cette suite aussi belle que la première, bien qu'elle soit totalement différente. Les dessins sont toujours superbe et la poésie qui s'en dégage allège, un peu, les émotions fortes de l'ensemble.
C'est une bande dessinée qu'il me tarde de conseiller à mon entourage, et qui m'a ravis. 


Ma note : 18/20

mercredi 6 septembre 2017

La passe-miroir


Tome 1 : Les fiancés de l'hiver
Auteur : Christelle Dabos
Genre : Jeunesse Fantasy
Edition : Gallimard
567 pages
Prix :
Synopsis :
Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.



Mon avis :

Dès sa sortie, j'ai eu l'envie de me le procurer. Comment ne pas succomber à cette sublime couverture ! Une ville suspendue dans le ciel... Cela prête à l'imagination. Avant même de l'avoir saisit, je savais qu'il me procurerait la part d'aventure et d'intrigue nécessaire à tout bon livre de Fantasy. 
Et les critiques sur ce premier tome confirmaient mon envie de le dévorer. Mais, parce que j'avais beaucoup d'autres romans en attentes, j'ai patienté...

Le second tome est sortie, et là, je n'ai pu résisté, vaincue par ma curiosité.

Dès le départ, j'ai été convaincu que cette petite héroïne allait nous promettre bien des péripéties ! J'aime son côté bibliothécaire, son don est vraiment incroyable, j'ai beaucoup aimé cette idée, de pouvoir lire dans le passé d'un objet, jusqu'à sa création. Cela va d'ailleurs, l'aider dans bons nombres de situations... Et l'idée de passer à travers les miroirs, comme une arche entre deux mondes, m'a totalement acquise à sa cause. 

Alors, que son petit monde est parfaitement construit, Ophélie va voir sa vie basculer de la plus cruelle des façons. Promise à un homme taciturne et sans charme, venant du clan des Dragons et d'un pays ou l'hiver règne en maître, la voilà partie, en abandonnant toute sa vie derrière elle. Sa famille, ses projets de carrière, tout s'envole en une seconde. Même si la jeune fille doute que ces fiançailles soient une bonne nouvelle, son voyage vers cette contrée rude et glaciale, va se révéler surprenante. 

J'ai d'ailleurs été moins même agréablement surprise. Alors que je m'attendais à lire un livre de Fantasy dans les règles de l'art, je me suis retrouvée dans des complots, intrigues et meurtres à la cour... Elle qui pensait être accueilli et reconnue comme la futur femme de Thorn, ses illusions tombent vite à l'eau. La voilà face à un peuple qui voue sa vie à l'apparence et aux excès.
J'ai vraiment aimé cet atmosphère glaçante ; cette famille qui n'en a que le nom ; cette ville si folle, construite suivant la classe sociale ; ces personnages si horripilants, et déroutants. 

Le couple, si l'on peut l'appeler comme cela, Thorn/Ophélie, est au départ assez insipide... je me doutais bien qu'ils nous promettaient une histoire, mais, le caractère taciturne de Thorn, nous laisse sur notre faim. Et même si j'en sais un peu plus maintenant sur sa façon de penser, j'ai à la fin de ma lecture, beaucoup d’interrogation à son sujet. Ce qui n'est pas plus mal et sert à ma curiosité.

Un premier tome, vraiment excellent qui prête à une suite dans les plus brefs délais. 


Ma note : 17/20

~~~


Tome 2 : Les disparus du Clairedelune
Auteur : Christelle Dabos
Genre : Jeunesse Fantasy
Edition : Gallimard
550 pages
Prix : 19 euros
Synopsis :
Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.


Mon avis :

Quel plaisir de pouvoir retrouver Ophélie, dans ce second opus, qu'il me tardait de découvrir. Il faut dire que le premier tome ne m'avait pas laissé indifférente, j'avais pris énormément de plaisir à découvrir ce monde divisé et cette Citacielle énigmatique. 
Comme tout bon roman, la lecture de cette suite ne s'est pas faite priée, et c'est donc toute excitée que je me lançais.

Ophélie, par un malheureux hasard, attire l'attention de l'esprit de famille de la pire des manière qui soit, pour une affreuse timide comme elle. Devenir Vice-conteuse, en racontant des histoires, sur scène, face à un public haineux et dédaigneux... La pauvre liseuse n'a pas le choix, et ne peut compter sur son fiancé qu'elle ne voit que par intermittence. 
Les jalousies, les rivalités et les complots ainsi que les railleries, deviennent son quotidien. Rajoutez à cela, des lettres de menaces, vierge de toute trace, rendant impossible toute lecture pour pouvoir dénoncer son auteur. 
Mais lorsque les premiers disparus au Clairdelune surviennent, Ophélie se voit contrainte d'enquêter.

Bien que ce soit encore un gros paver, je n'ai pas vu le temps passer. Je n'ai pas eu un seul moment de répit et pour mon plus grand bonheur, la Citacielle nous délivre encore quelques mystérieux endroits. 

Dans ce roman, nous en apprenons plus sur certains personnages, comme la mère Hildegarde et Archibalde, pour mon plus grand bonheur. Mais celui qui m'attire toujours autant, à lui aussi sa part de révélation. 
Thorn et ses secrets, Thorn et son passé. Dans ce second tome, une part de son enfance nous est révélé, et bien que je sois encore un peu insatisfaite, ces moments d'abandon mon ravis ! 
Bien qu'il soit très réservé, j'ai toujours la sensation d'un homme passionné, qui ne sert qu'a défendre les siens, et surtout Ophélie, bien qu'elle ne s'en rende pas vraiment compte. Il intervient toujours dans les moments où elle se trouve en difficulté, et est souvent exaspéré par sa maladresse et sa manie de se mettre dans des situations inextricables, parce qu'il a peur pour elle. J'adore ces manières à la fois rustre et princière. C'est un personnage parfait pour notre héroïne, qui aurait plutôt tendance à foncer tête baisser. 
Un très bon duo.

Bien que j'aime les descriptions de la Citacielle, et toute sa mécanique, j'ai aussi beaucoup apprécié sortir de cet atmosphère mesquine et tortueuse. 
On part un peu explorer les horizons et ce Pôle est assez spectaculaire ! Quel imagination ! Ce paysage sers parfaitement l'histoire, et apporte d'autres interrogations. Certaines nous sont d'ailleurs dévoilées en fin de livre, et j'ai vraiment très envie de découvrir la suite ! Dans le prochain tome, j'aimerai désormais pouvoir explorer les autres pôles... je suis certaines dit découvrir bons nombres de secrets...

Ce fut encore une belle lecture qui me donne envie d'aller plus loin.


Ma note : 18/20