mardi 30 juillet 2013

La Belle et la Bête

De Madame de Villeneuve :

Quatrième de couverture :

" Le monstre se fit entendre.
Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu'elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d'un pas ferme, et d'un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : "Bonsoir, la Belle".

Mon avis :

Je ne saurai dire le nombre exact de visionnage des deux adaptations majeurs de cette œuvre (je parle de celle avec l’acteur Jean Marais et du film d’animation Disney). Mais alors que mon amour pour cette histoire en fait l’un de mes contes coup de cœur, je n’avais, pour ma plus grande honte, jamais lu l’œuvre originale…

L’erreur est réparée, et voici ce que j’en pense.

Le roman, à ma grande surprise, et composé de deux parties. La première, la plus connue, raconte l’histoire de Belle et sa Bête. Captive de celui-ci, la jeune femme va trouver une certaine beauté (après avoir bien cherché) dans ce monstre repoussant, et en tomber amoureuse. La Bête, qu’en a elle, était sous le charme magique d’une fée, qui pour mener à dessin son projet (je ne vous direz pas lequel), le transforme en un repoussant personnage…

Pas de flagrante révélation dans cette première partie, si ce n’est un attachant certain pour la plume aérienne de l’auteur. J’ai pris plaisir à redécouvrir la véritable histoire de La Belle et la Bête, avec émotion.

La deuxième partie raconte l’histoire des parents de la Belle. Et là pour tout vous dire, j’ai découvert un conte méconnu du grand public qui m’a faite me sentir privilégiée (Je sais bien que je ne suis pas la seule à l’avoir lu, mais pour ceux et celles qui n’ont pas encore ouvert une page de ce livre, j’ai un petit avantage sur eux, na !)

Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il m’a procuré une joie intense, mais ce fut un petit plaisir de pouvoir entrée dans cette atmosphère féérique des contes de fée.
J’ai aimé l’ambiance qui s’y dégage, et la poésie du texte.


Petit bémol, la bête, de nouveau transformé en prince, m’a semblé… insipide, face au personnage du rêve. 

2 commentaires:

  1. Cette version est dans ma PAL mais si tu aimes ce conte je te recommande aussi celle de Mme Leprince de Beaumont, plus simple paraît-il mais qui est à l'origine des différentes adaptations :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'en ai entendu parlé effectivement, je me pencherai dessus sans doute un jour, merci du conseil :D

      Supprimer