jeudi 27 avril 2017

Entre mes mains le bonheur se faufile

Auteur : Agnès Martin-Lugand
Genre : Contemporaine
Edition : Pocket
281 pages
Prix :
Synopsis :
Depuis l’enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l’aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n’ont toujours vu dans ses ambitions qu’un caprice : les chiffons, ce n’est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l’âme, s’est résignée.
Aujourd’hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s’être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s’ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire…
Portrait d’une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer.

Mon avis :

Forte de l'expérience agréable de ma dernière lecture de cet auteur, je renouvelle avec intérêt, ce nouveau roman contemporaine prometteur.

Il faut le dire, j'aime la couture. Depuis peu, certes, mais mon engouement pour les tissus devient de plus en plus entêtant. Je ne le cache pas, ma curiosité pour ce livre, tenait en grande partie à cette passion commune, et c'est tout naturellement que j'entreprends cette lecture sous le meilleur jour.

Alors, ai-je vraiment retrouvé les sentiments agréables que m'inspiraient l'auteur ? 

L'histoire, en elle-même, est assez touchante. Iris est attachante, timide et effacée. Depuis toujours, elle suit le chemin qu'on a bien voulu tracer pour elle. Ses parents, dans un premier temps, qui ne semblent pas voir en elle quelqu'un de talentueuse, la pousse vers une carrière qu'elle n'aime pas. Son mari, qui fait passer son travail avant sa femme, n'est pas d'un grand soutient non plus.
Iris mène une vie sans passion, routinière, et insipide. Forte heureusement, son amour pour la couture la libère quelque peu. Elle s'en contente, sans vraiment penser à en faire son métier...
Mais le jour où elle apprend que ses parents l'ont empêché de devenir une couturière, s'est le coup de fouet qu'elle attendait. Sur un coup de tête elle s'inscrit à des cours sur Paris, et sa vie va prendre une tout autre tournure...

J'ai vraiment aimé cette première partie. 

Le courage de changer, brutalement, son quotidien ; l'immersion dans ce monde qu'elle ne connait pas ; les rencontres et les situations face à ce métier passionnant... 
Suivre Iris au court de cette formation rapide et merveilleuse, m'a totalement conquise. J'ai aimé retrouvé la simplicité d'Agnès Martin-Lugand. 

La complexité de la relation entre son mari et elle est tout aussi intéressante. Bien que souvent, j'ai eu l'envie de secouer Iris pour la faire réagir. Je peux comprendre son besoin de sauver son couple, mais ce côté effacée est assez horripilant... 
L'autre relation très intriguante, est celle qu'elle entretient avec Marthe, personnage charismatique, mentor et directrice de l'atelier... Une femme de pouvoir, qui dicte sa loi et ne supporte pas l'a peu près.

Ce mélange de personnage donnait à l'ensemble une certaine dynamique qui m'était agréable. 

Pourtant, la seconde partie du roman est assez déroutante. Je n'ai pas compris le besoin de tout détruire, l'atmosphère plus oppressante et les directions prisent par chaque personnages... 
D'un roman simple, il en devenait un peu trop compliqué à mon goût. Je n'avais pas envie de lire ce genre de fin... Bien que certains détails significatifs m'aient interpellée dans les premières rencontres entre Marthe et Iris, je ne pensais pas que l'auteur pousserait son personnage jusque-là... Ma lecture en est devenue inconfortable...

Dommage...



Ma note : 15/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire