samedi 22 juillet 2017

Souvenirs d'enfance

Titre : Le Château de ma mère
Auteur : Marcel Pagnol
Genre : Autobiographie
Edition : de Fallois
221 pages
Prix : 6 euros
Synopsis :
Le plus beau livre sur l'amitié enfantine : un matin de chasse dans les collines. Marcel rencontre le petit paysan, Lili des Bellons. Ses vacances et sa vie entière en seront illuminées.
Un an après La Gloire de mon père, Marcel Pagnol pensait conclure ses Souvenirs d'enfance avec ce Château de ma mère (1958), deuxième volet de ce qu'il considérait comme un diptyque, s'achevant sur la scène célèbre du féroce gardien effrayant la timide Augustine. Le petit Marcel, après la tendresse familiale, a découvert l'amitié avec le merveilleux Lili, sans doute le plus attachant de ses personnages. Le livre se clôt sur un épilogue mélancolique, poignante élégie au temps qui a passé. Pagnol y fait vibrer les cordes d'une gravité à laquelle il a rarement habitué ses lecteurs.
Je vis un garçon de mon âge qui me regardait sévèrement. 
"Il ne faut pas toucher les pièges des autres, dit-il. Un piège, c'est sacré ! 
- Je n'allais pas le prendre, dis-je. Je voulais voir l'oiseau. '' 
Il s'approcha : c'était un petit paysan. Il était brun, avec un fin visage provençal, des veux noirs et de longs cils de fille. "

Mon avis :

Quel véritable bonheur que de me retrouver à lire ce roman. Mon enfance est bercé par les films adaptés des souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol. J'ai vu et revu La Gloire de mon Père et Le Château de ma Mère des dizaines de fois, j'en connais certains passages par cœur, et j'ai mes moments préférés qui me bouleversent toujours autant. 

Il y a quelques années, j'ai eu l'occasion de lire le premier tome d'une saga de trois romans et un livre inachevé. 
J'avais été conquise par le chant des cigales et l'accent que je sentais à travers ma lecture. Marcel Pagnol avait l'art de nous transporter dans la garrigue, sous le soleil ardant et les senteurs de lavande et de romarin. Chaque pages exprimaient cet amour pour cette terre, un hommage à une enfance de liberté et d’insouciance. Cela sentait les vacances et imprégnée de la voix off du film, je me laissais bercer par cette hommage à la nature.

Je laissais, alors, le petit Marcel, courant dans les chemins le sourire aux lèvres.

Dans ce deuxième tome, nous retrouvons la famille Pagnol au grand complet, profitant de leurs premières vacances dans les collines. Nous les avions laissé quelques jours plus tôt, ravis de profiter de cette petite maison. L'oncle et le père de Marcel battant la campagne pour tirer quelques gibiers, Marcel servant de rabatteur, pour son plus grand plaisir. 
Dans cette nouvelle aventure, un nouveau personnage rentre en scène, Lili, un braconnier de l'âge de notre héros, très dégourdit, et maître dans l'art des pièges à oiseaux. 
Avec lui, Marcel va découvrir une toute autre garrigue, celle caché des sources, des grottes, et des légendes. 
J'ai vraiment pris plaisir à ces échanges. Deux enfants qui se découvrent la même passion pour la nature, et qui n'ont pas le même culture. J'ai souris face au mot choisi par Marcel qui pour compenser son manque de savoir en matière de piège, emploi des mots savants pour provoquer l'admiration de son ami. 

J'attendais aussi avec impatience mon passage préféré dans l'adaptation, du Château de ma mère. Le passage du canal et des portes... Pour tout ceux qui connaissent ce moment, vous comprendrez mon envie de le lire, et pour ceux qui ne l'ont jamais vu ou lu, je vous en pris, tout le but de cette lecture sert à cet instant. Je l'ai aimé en film, je l'ai aimé en livre...

Voilà donc encore une très belle lecture, d'un très grand auteur. Mes lacunes, pour ses romans, s'amenuisent peu à peu, mais il me reste encore bien des œuvres à découvrir...

Un conseil tout de même, lisez d'abord la Gloire de mon père, qui est le commencement des souvenirs d'enfance de Marcel Pagnol. Une poésie à la Gloire de sa vie...

Ma note : 18/20 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire